à la Une

écologie du narbonnais

Il s’agit de l’extrait de l’article.

ELLV_Logo           

Ce blog vous informe de l’activité des écologistes de la circonscription de NARBONNE et LITTORAL  (Aude, Occitanie, France)

NARBONNE

Le projet de GAZODUC

Réunion publique le 23 janvier 2018 à 18 H au Domaine de Monplaisir,

Route de Perpignan à NARBONNE

cliquez ici

SAINT LAURENT de la Cabrerisse

Le projet comprenant 40 villas avec piscine ne peut être qualifié de hameau  selon le Sénat

tourisme et Loi Littorale Cliquez ici.

 

 

 

ÉDITORIAL (Novembre 2017)

Parce qu’elles ne votent réellement qu’environ 15 % de leurs recettes, les Régions n’ont pas d’autonomie fiscale et l’essentiel de leurs ressources dépendent du bon vouloir de l’État. C’est la conséquence concrète de la perte d’autonomie qu’elles ont subi au cours de la dernière décennie, en complète contradiction avec les nombreux transferts de compétences dont elles ont fait l’objet. Contradiction également entre le discours du chef du gouvernement sur la décentralisation et la responsabilité des collectivités locales et les actes visant à priver les régions des moyens indispensables.
Le gouvernement d’Édouard Philippe s’inscrit dans cette continuité des décisions de l’État plaçant les Régions dans l’impossibilité de définir des stratégies financières à moyen et long terme.
Nous ne pouvons nous résigner mais cependant,nous devons donc faire face à un défi : Faire mieux avec moinsUn défi, que les élu-es écologistes connaissent bien car il est au cœur de l’écologie politique : sobriété, résilience et décroissance.Il faut donc faire des choix et rompre avec certaines politiques publiques menées depuis des années trop souvent au détriment de l’environnement et de la préservation des ressources.  Notre position, connue de tous sur les grands projets inutiles, consommateurs d’espaces naturels et l’alternative que nous privilégions pour arrimer Toulouse à la grande vitesse ferroviaire en sont des exemples.
Il faut réorienter et placer la transition écologique au cœur de nos politiques publiques. Cette transition devient  chaque jour plus urgente et les Régions en sont des actrices majeures. La loi NOTRe nous a confié le pilotage et la coordination de la transition énergétique, les actions en faveur de la biodiversité, ainsi que la planification sur l’aménagement durable des territoires et en matière d’économie circulaire et de déchets.

Pour mener à bien ces changements, nous devons changer de paradigme car nous ne pouvons pas œuvrer efficacement sur les ruines de l’ancien monde.

La Région Occitanie  s’inscrit dans ces priorites à travers la Région énergie positive donc :
-Nous devons  réorienter nos politiques en matière agricole pour soutenir une agriculture paysanne biologique et des produits locaux de qualité.
-Nous devons préserver l’eau, ce bien commun si précieux, tant en quantité qu’en qualité pour sécuriser tous les usages.
-Nous devons assurer la préservation des sols et refuser tout soutien à des projets d’urbanisations effrénés.
-Nous devons transformer l’économie et accompagner l’ensemble des activités, ce qui impliquera de faire des choix en terme d’incitativité des aides. Créer des emplois utiles et non délocalisables sans détruire l’environnement.

En résumé, créer les conditions optimales pour accueillir les nouveaux arrivants et permettre à celles et ceux qui sont déjà installés de continuer à vivre bien dans la grande diversité de nos territoires.

Nous devons exiger des moyens pour agir mais ces moyens devront permettre d’orienter définitivement nos actions en direction d’une Transition écologique assumée dont chaque habitant d’Occitanie pourra mesurer les bienfaits.

Véronique VINET
Co-Présidente du groupe Nouveau Monde en Commun

 

 LA MOBILISATION 

du dimanche 5 novembre contre THOR

 à Narbonne a été un succès

 

pour dire non au projet d’incinérateur à l’usine de Malvezy.

Cet appel est lancé pat les famille Papillons, collectif d’habitants de Moussan. En PJ, vous avez l’appel à manifester lancé par l’association RUBRESUS, appel auquel j’adhère pleinement.  Cet applel fait le point sur le diossier, à l’issue de la réunion du CODERST.

Les éléments que nous avions alors étaient suffisants pour demander l’arrêt du projet ou tout au moins, un moratoire permettant la recherche d’autres solutions pour le traitement de ces déchets.

L’association TCNA (Transparence des Canaux du narbonnais) a voulu en savoir un peu plus et en cherchant sur Internet a pu se procurer de la documentation. Vous pouvez consulter le dossier qu’ils ont produit, sur leur site : http://bit.ly/2zYyKcB

Edifiant ! D’une manière générale, on apprend que les comportements de l’industrie nucléaire aux Etats Unis sont les mêmes que ceux de la notre. Quand à leurs incinérateurs du procédé THOR on peut sincèrement se demander si le remède n’est pas pire que le mal ?!

 

En cliquant sur le lien ci-dessous, vous verrez la preuve flagrante des mensonges de cette industrie et de la complicité des services censés nous protéger ;

La radioactivité à NARBONNE

     

Europe Ecologie Les Verts    Languedoc Roussillon

 

Communiqué de presse du 17/10/2017

> Agnès Langevine et José Bové demandent le gel du projet TDN-THOR (Malvési – Aude)

> A la veille du CODERST sur le projet TDN-THOR, José Bové et Agnès Langevine ont demandé à Nicolas Hulot de se positionner sur l’installation de Malvési et la gestion des déchets stockés aux abords de l’usine. Les deux élus s’insurgent contre ce projet d’un autre temps et en appellent au ministre de la Transition Ecologique et Solidaire pour qu’il prononce le gel du projet.

> Pour José Bové, député européen :
> « Le site de Malvési, premier site européen de traitement du minerai d’uranium, est une menace majeure pour l’environnement aux portes de Narbonne. On ne compte plus les accidents de gestion, comme en 2004, lorsque la rupture de la digue des bassins de décantation avait entrainé le déversement de 30 000 m3 de boues radioactives hors du site. Nous ne pouvons pas attendre un nouvel accident. Le préalable indispensable avant quelconque nouvel aménagement qu’un audit soit réalisé sur le site et qu’il soit enfin traité comme le site nucléaire dangereux. Il est incompréhensible que le site ne soit pas encore classé Installation Nucléaire de Base. »

Pour Agnès Langevine, Vice-Présidente de la région Occitanie déléguée à la transition écologique et énergétique, Biodiversité, Economie Circulaire, Déchets
> « Nous ne pouvons accepter une solution de traitement des déchets qui s’avèreraient toute aussi ou plus nocive pour la population.

Notre Région est fortement engagée dans la transition écologique de ses territoires avec une trajectoire de Région à énergie positive, de reconquête de la biodiversité et de protection des populations. L’avenir est résolument ailleurs que dans l’énergie nucléaire dont la dette écologique et financière pèse d’ores et déjà sur l’avenir de l’humanité.

PORT LA NOUVELLE

 

STOP AGRANDISSEMENT PORT LA NOUVELLE
Malgré les avertissements faisant suite au débat public dans lequel la confédération démontrait avec d’autres  l’inutilité sociale et écologique de cet agrandissement , la région Oc poursuit son investissement avec entêtement pour satisfaire le BTP et le lobby agro industriel Arterris .
210 millions d’argent public et sans doute bien plus pour accueillir des navires toujours plus grands est ce bien raisonnable ? 
ce qui n’est pas dit dans ce reportage fort complaisant :
 
+  le port de Sète est déjà en surcapacité ; il n’y a aucun avantage à faire partir le blé dur par Port la nouvelle plutot que par les quais déjà existants à Sète
 
+  on veut vendre du blé dur à l’ Afrique du nord . ce blé dur est à 90 % produit dans le sillon du Lauraguais , c’est une culture subventionnée, le sera t elle toujours ? ce blé sera t il toujours compétitif sur le marché mondial ? cela s’oppose à l objectif de souveraineté alimentaire pour les pays du Maghreb et tous les pays du pourtour méditerranéen qui se trouvent découragés à produire face à une concurrence déloyale,  
 
+ il n’est pas possible pour le seul lauraguais de remplir les objectifs d’exportation énoncés dans le plan de développement du port . il faudra donc faire venir des céréales d’autres régions françaises , est ce possible , est ce souhaitable ? des camions qui traversent la france pour se rendre à Port la nouvelle ?  l ‘axe routier méditerranée n’est il pas déjà saturé ? 
 
+ il faut sortir de la monoculture de céréales . celle ci pose des problèmes agronomiques , elle apporte trés peu d emploi une seule personne peut cultiver 150 ha 
 
+ la politique agro exportatrice ainsi encouragée s’oppose aux besoins de relocalisation pourtant source d’emploi et d intérêts écologiques.  Notre région est gravement déficitaire dans la production de nombreux produits alimentaires, le déficit en protéines végétales avait été évalué par la Confédération à plus de 70 % dans la région LR , avec pour conséquence l’importation de milliers de tonnes de soja ogm argentins. Parallèlement la région est incapable de fournir l’obligation des 20 % d’aliments bios et locaux pour la restauration collective , objectif loi égalité et citoyenneté du 22 dec 2016.
 
+ 210 millions d’argent public donneront peut être une vingtaine  d’emplois supplémentaire sur le port . alors qu’avec cette somme, on peut aider 2000 agriculteurs =trices  à s’installer avec 100 000 euros d’aide en plus par ferme installée  de quoi résoudre le problème de  l’achat du foncier par exemple .
 
+ il n’est pas dit dans ce reportage qu’un port ne sert pas uniquement à exporter , il sert aussi à importer et donc aussi à concurrencer certaines productions locales dont par exemple le ciment qui est importé de Turquie, voir peut être de Syrie  alors même qu’il y a une cimenterie à Port la Nouvelle même !  mais aussi des agro- carburants stockés sur la ville . 
 
Nous pourrions sans doute allonger la liste démontrant l’inutilité et les effets négatifs qu’engendreront la construction de nouveaux quais et la construction de la grande digue à Port la Nouvelle. Nous sommes face à un scandale dans lequel le nouveau conseil régional est le principal acteur .. . 
 nos décideurs ne sortent pas de leur logique de développement productiviste et libéral , ils se glorifient de pouvoir inaugurer des grands projets industriels , ils croient encore aux saintes vertus de la croissance du commerce sur l’emploi et l ‘enrichissement alors que les faits ne cessent de prouver le contraire.
 
il faut arrêter ce projet d’extension du port et réaffecter ces millions d’aide sur d’autres projets plus respectueux de l’environnement , plus créateurs d’emploi , et plus ancrés sur le territoire.
Le libéralisme n’ a pas à voler  l’argent public pour se développer . 
 
pascal pavie 

06 8787 79 32

 

contact :

 Michèle COMPS

 la secrétaire régionale

michele.comps@orange.fr

tel 06 83 21 93 28

 Europe Ecologie Les Verts

                            Languedoc Roussillon

Assises de l’Ecologie sur le thème de l’Alimentation, le samedi 23 juin 2018

Chèr-es amies,

invitation pour la journée du 23 Juin,  Salle Vincent GINER

30 rue Anathole France  à FRONTIGNAN, Hérault

-dans le cadre des Assises de l’Ecologie sur le thème de l’Alimentation,

l’agriculture, le bio et le local en relation avec la santé et l’environnement.

Le café du matin et l’apéro – vins- boissons – seront offerts à tous-tes les participant-es. 

Nous vous demandons d’amener, comme d’habitude et pour limiter les frais,

votre repas tiré du sac – vos spécialités à partager – 

 

Nous allons réunir  un nombre important d’intervenant-es, et qui sera donc sans doute riche d’informations et de débats.

Merci de bien vouloir vous signaler si vous pensez venir pour que nous puissions

évaluer en gros le nombre de présent-es (sans obligation, mais c’est mieux si vous le faites).  michele.comps@orange.fr

Pour le BER et le secrétaire régional Pierre Hardy,

 Michèle   michele.comps@orange.fr

GAZODUC inutile

Une nouvelle infrastructure fossile s’apprête à voir le jour en France, sur un des territoires de métropole les plus fragilisés par le dérèglement climatique.

Ce projet gigantesque s’appelle MidCat – et nous le bloquerons.

> La première phase de MidCat, nommée STEP, prévoit la construction de centaines de kilomètres de gazoduc pour relier la Catalogne aux Pyrénées-Orientales et à l’Aude. Consenti par le gouvernement français, MidCat est un nouveau symbole de projets gaziers n’ayant aucune justification, pas même économique, mais pourtant portés et soutenus par la Commission européenne aux dépens du respect de l’Accord de Paris.

Des deux côtés des Pyrénées, la résistance s’organise et grandit, rejointe par des députés européens, des organisations locales, nationales et européennes ; ainsi que dix municipalités et le Conseil Départemental des Pyrénées Orientales, qui se sont déjà déclarés opposés au projet.

Mobilisons-nous pour faire grandir l’opposition. 

Ensemble, nous bloquerons MidCat car c’est un projet climaticide, inutile et imposé : son existence nous condamnerait à un avenir carboné, au-delà des limites fixées par la sciences climatique, tandis qu’il sera réalisé pour le seul bénéfice de court-terme de l’industrie fossile.

 

Nous bloquerons MidCat car nous nous inscrivons dans un mouvement global d’opposition aux projets d’infrastructures gazières, qui défend la justice climatique. Si ce gazoduc organise l’importation de gaz provenant de Russie – en totale contradiction avec les objectifs énergétiques de l’Union européenne – il organise également l’importation de gaz de schiste, exploité massivement par Total dans l’une des régions les plus arides d’Algérie. L’utilisation de technologies telles que la fracturation hydraulique, interdites en France en raison des risques sanitaires et environnementaux qui lui sont liés, est une démonstration claire de pratiques néo-coloniales envers des populations qui sont, en outre, déjà en première ligne des dérèglements climatiques.

L’extraction du gaz, comme son transport, produisent les mêmes effets néfastes que les autres énergies fossiles : contamination des nappes phréatiques, pollution de l’air, consommation excessive d’eau, exposition à des agents cancérigènes, à des perturbateurs endocriniens et à des polluants excessivement dangereux, etc. Depuis plus de dix ans, les études scientifiques le prouvent.

Demandez aux élu.e.s locaux des Pyrénées-Orientales et de l’Aude qu’ils.elles protègent le climat, nos santés et ces territoires magnifiques plutôt que l’industrie fossile.

> Clémence, avec le Collectif contre le gazoduc transfrontalier

PS : Nous présentons quatre bonnes raisons de s’opposer à Midcat sur cette page.

> N’hésitez-pas à partager cette action avec votre entourage, par exemple sur facebook ou sur twitter, si vous êtes sur ces réseaux.

PROJET PORT LA NOUVELLE

Donnez votre avis dans l’enquête publique sur l ‘extension du port de Port la nouvelle qui concerne tous les habitants de notre région et en premiers lieux les agriculteurs , les pêcheurs et les riverains

vous trouverez ici
le cahier d’acteur que nous avions écrit lors du débat public , il y a 5 ans avec Nature et Progres  , sur la question agricole tout y est ou presque
 on peut rajouter et c’est quand même grave que le budget de ce grand projet inutile est passé de 200 millions à  389,4 M€pour la phase 1
Une délibération de la Région OCCITANIE du 02 février 2017 a voté , la première phase du projet à  phase 350 M€ , elle finance 70 % du projet + 15 % pour le département et 15 % pour le Grand Narbonne ..Cette somme ne comprend pas les coûts de l’aménagement ferroviaire (? M€), du parc logistique (104 M€) et du démantèlement du sea line (plus de 70 M€) que l’on essaie d’imposer au groupe pétrolier qui n’a rien demandé.
Ce que nous affirmions sur le marché des céréales s’avère hélas exact et il est prévisible que les récoltes de blé dur de notre région  pour les années prochaines soient  beaucoup plus faibles , les aides communautaires sont en diminution, donc toutes les prévisions en matière d’exportations agricoles sont fausses et relèvent de la mégalomanie des dirigeants de notre région.
Anne Marie Quenisset

PROJET THOR/TDN MALVEZY

Si vous n’avez pu venir le 24 assister à la présentation de l’état su dossier du projet THOR/TDN, ou si vous voulez retrouver l’ensemble des interventions, vous pouvez les retrouver sur : http://www.sdn11.fr/2018/03/narbonne-reunion-publique-au-palais-du-travail-le-24-mars/

 Par ailleurs, l’association TCNA a lancé un recours juridique contre l’arrêté préfectoral.  Si vous souhaitez les soutenir, rendez-vous sur > https://www.leetchi.com/c/association-de-association-tcna-transparence-des-canaux-de-la-narbonnaise-22753766

 Albert

ABANDON du deuxième aéroport de NANTES (Notre Dames des Landes)

Notre-Dame-des-Landes :

victoire…mais vigilance !

> L’abandon du projet de construction de l’aéroport de Notre Dame des Landes et le non renouvellement de la DUP ont été confirmés par le Premier Ministre.
> C’est un immense soulagement pour celles et ceux qui, en Loire Atlantique comme dans tout le pays, agissent depuis tant d’années afin d’éviter ce projet inutile et nuisible.
> C’est une victoire de la résistance citoyenne contre l’arbitraire et les magouilles, permise par la mobilisation la plus importante qu’ait connue notre région, avec un énorme soutien partout en France et ailleurs permise sur le terrain par la résistance paysanne et l’occupation de la ZAD par des femmes et des hommes qui proposent une agriculture différente et l’autogestion de leurs activités.

> Nous nous félicitons de cette victoire mais appelons à la vigilance pour les semaines qui viennent,  le déploiement de forces policières maintenant la crainte d’une intervention brutale.
C’est pourquoi nous manifesterons lesamedi 10 février à Carcassonne, comme à Nantes, pour fêter la victoirebien sûr, mais aussi pour signifier au gouvernement que nous refuserons toute intervention violente sur la ZAD.
> Celles et ceux qui aujourd’hui vivent et travaillent sur la ZAD doivent pouvoir continuer à le faire et à montrer l’exemple d’une agriculture respectueuse du vivant.
> Parce que la préservation de notre environnement est un enjeu majeur de ce siècle, cette victoire, avec la vigilance qui s’impose, est un événement politique majeur.

Rendez-vous à CARCASSONNE à 10h30, Portail des Jacobins

« Balance ton aéroport« :

Pour que l’agriculture nourricière soit considérée comme « infrastructure » !
C’est tranché, après 50 ans de dissimulation de l’autre option (agrandir l’aéroport existant) et un pseudo vote des habitants locaux (perfidie du gouvernement Hollande qui avait organisé le vote uniquement sur certaines communes). L’abandon de ce projet délirant prévu pour Concorde, à l’époque où l’on ne se posait pas encore la question entre « boire » et « conduire », pourrait faire qu’aujourd’hui, nous puissions enfin nous poser sérieusement la question suivante: « manger » ou « voler  » ?
Plus globalement, sont toujours évoquées les infrastructures aéroportuaires, de loisirs, commerciales, etc… mais il serait temps, comme je le défends depuis bientôt une quizaine d’années, de considérer les conditions de production de notre alimentation comme « infrastructure nourricière » !
J’étais à Notre Dame des Landes, en 2010, invité par l’association « Relocalisons » à la Vacherie, afin d’exposer les raisons qui m’avaient poussé à réaliser mon expérience de « Locavore » (le pari réussi de ne me nourrir qu’avec du « local »). J’y exposais, devant des paysans locaux (historiques et nouveaux venant occuper le site) l’importance de la production locale pour une consommation locale que j’articulais avec la notion d’ordre public. Nous sommes déjà sous perfusion alimentaire, dépendants des transports, la France manque de paysans et de production et, dans le même temps, on détruit des terres pour en faire du bitume ? Un jour, nous nous battrons entre nous pour manger…
En 2013, alors que j’étais Conseiller Général, avec le Collectif Audois d’opposition à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, j’avais amené au Centre Commercial de Castelnaudary une délégation d’opposants à l’aéroport venus sensibiliser la France entière sur la multiplication des « Grands Projets Inutiles Imposés », vous savez, ces projets pensés avec de vieux logiciels des années 60, où la « croissance » était infinie et la trajectoire de l’humanité linéaire, les terres étant la variable d’ajustement de tout le reste…
Pour revenir à notre « Grand Projet Inutile Imposé » local, mais qui s’est, lui, réalisé, je m’exprimais ainsi:
 « L’écologiste et conseiller général Stéphane Linou, s’est vendredi exprimé sur le « GPI Ô Castel », au nom du Collectif Audois d’opposition à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : « L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est un fiasco financier et environnemental programmé, comme l’était en 2008 Ô Castel. Nous avons les éléments pour le prouver : le commissaire enquêteur de la République avait, je le cite, émis de fortes réserves concernant la zone de clientèle de ce centre commercial. Il était basé sur un potentiel de 80 000 habitants, allant de Carcassonne à Labège ! La destruction des emplois de centre-ville a été volontairement sous-estimée. Dans le même temps, la mairie de Castelnaudary, qui a soutenu ce projet, a systématiquement émis un avis positif pour les extensions commerciales de Carcassonne. Nous sommes bien dans un grand projet inutile imposé, destructeur de l’environnement, avec des terres nourricières agricoles qui sont bétonnées. Au final, il n’y a que des perdants puisque le centre-ville est complètement crevé. Il suffit de regarder la rue du 11-Novembre. Bien que le commissaire enquêteur ait tout annoncé, le projet s’est quand même réalisé ». »
Même aveuglement, même logiciel périmé, mêmes causes, mêmes conséquences…
A l’heure du réchauffement climatique et de la vulnérabilisation alimentaire de notre pays, il faudrait profiter de l’abandon de ce projet funeste d’un autre temps pour sécuriser et valoriser ce qui est intemporel: les terres nourricières et les paysans qui les travaillent. Nous avons déjà une boite à outils légale qui a fait ses preuves sur le Larzac où des dizaines de paysans ont pu s’installer et produire notre nourriture.
En même temps, d’autres « Grands Projets Inutiles Imposés » menacent de détruire des centaines d’hectares (Val Tolosa, Europa City où des pistes de ski sont prévues aux portes de Paris !).
Et si ce que l’on entend aujourd’hui comme un « changement de civilisation » était tout simplement au retour au… bon sens paysan ?  Stéphane Linou

Rapport DURON: Pas de ligne nouvelle Montpellier-Perpignan avant 25 ans. De qui se moque-t-on ?

Le Conseil d’Orientation des Infrastructures de transport a remis son rapport le 31 janvier 2018 à la Ministre des Transports, Elisabeth Borne.

Europe Ecologie Les Verts prend acte des objectifs généraux affichés pour le soutien des mobilités du quotidien : soutien aux mobilités actives, aux transports urbains, aux projets de RER, au fret ferroviaire et fluvial. Des propositions sont faites pour faire payer la facture aux vrais pollueurs de nos routes. Il est aussi  rappelé l’urgence de l’entretien des infrastructures existantes. Des pistes sont avancées pour préserver le patrimoine des voies ferrées dites secondaires, d’autres pour renouveler les trains d’équilibre du territoire. Enfin, 350 millions d’euros sont promis pour achever le réseau des vélo-routes et voies vertes tant utiles pour développer le tourisme durable et structurer les déplacements cyclables d’agglomération.

Ces intentions sont bonnes, mais concrètement…..

Si, pour notre région,  les projets LGV semblent être écartés  à moyen ou long  terme (de 15 à 30 ans), la commission ne semble pas avoir pris en compte un enjeu crucial.

S’il y a une ligne indispensable à court terme, c’est bien la ligne nouvelle mixte fret – voyageurs Montpellier-Perpignan, et de manière urgente, le tronçon Montpellier-Béziers. Avec la seule ligne actuelle,  quand  le pont levant de Sète se bloquera… ou à l’occasion d’une submersion marine, le trafic ferroviaire régional sera paralysé.

Europe Ecologie Les Verts Languedoc-Roussillon refuse le report programmé de la réalisation de la ligne nouvelle mixte, indispensable maillon manquant pour relier la péninsule ibérique à l’Europe, pour sécuriser le transport, menacé par la montée des eaux sur la ligne historique des étangs, et pour permettre, enfin, le transfert sur le rail des 8000 camions qui traversent notre région chaque jour afin de supprimer la pollution et les nuisances engendrées.

Les gares nouvelles excentrées de Montpellier-La Mogère et de Nîmes-Manduel-Redessan devenant  définitivement inutiles, le projet de gare à Manduel doit être arrêté immédiatement.

Par contre, nous demandons au gouvernement la mise en œuvre rapide du projet utile : Montpellier-Béziers en premier, puis Béziers-Perpignan, en ligne mixte fret-voyageur, pour boucler cet axe européen majeur.

Et dans l’immédiat, puisque aucun crédit régional n’ira aux LGV en Occitanie pendant de très nombreuses années, reportons l’argent prévu sur les transports du quotidien et du fret !

Sibylle Jannekeyn, porte-parole régionale, 06 63 20 43 60

Michèle Comps, secrétaire régionale, 06 83 21 93 28

Victoire des écologistes : le Parlement européen interdit la pêche électrique

Après des années de lutte des associations et des écologistes, le Parlement européen a donc choisi l’environnement en bannissant cette pratique désastreuse et aberrante qu’est la pêche électrique, technique qui détruit la biodiversité et fait disparaître des centaines d’entreprises de pêche artisanale.

Cette victoire est aussi le résultat de l’alliance nouée entre des pêcheurs, associations, scientifiques, cuisiniers et certains grands distributeurs pour faire triompher l’écologie. Ce sont aussi les citoyen-ne-s, qui ont fait entendre leur voix afin de mettre un terme à cette scandaleuse exception européenne, puisque la pratique est interdite dans la très grande majorité des pays dans le monde (y compris Chine, Brésil ou États-Unis).

Les écologistes appellent désormais les pays pratiquant la pêche électrique, notamment les Pays-bas, à y mettre un terme immédiatement.

Ce combat est emblématique des luttes essentielles que mènent les écologistes et des choix auxquels la société est confrontée : penser la technologie à l’aune des retombées qu’elle peut avoir sur la nature et les humains, à court comme à long terme. En ce sens, les écologistes continuent le combat contre les techniques de pêche les plus destructrices, y compris le chalutage à perche, pour le respect des ressources halieutiques, la protection des océans et la sauvegarde de la pêche artisanale.

Europe Ecologie – Les Verts salue une victoire collective à laquelle ses député•es européens, et plus largement les écologistes européens, ont pris part et attend du gouvernement français une fermeté sans faille au Conseil face aux pays qui continuent à déroger à ce vote.

Julien Bayou et Sandra Regol