Pourquoi la manifestation contre AREVA à Malvesi ?

Samedi 13 mai 2017, à la mi-journée, plusieurs centaines de personnes se sont retrouvées sur la place de l’Hôtel de Ville de Narbonne pour manifester leur refus de voir installer à leur porte un nouvel équipement industriel très polluant pour l’environnement et présentant des risques pour la santé publique. Depuis de très nombreuses années, nous dénonçons l’industrie nucléaire, dans toute sa chaîne, de la mine aux déchets ultimes, quelque doit l’usage fait, qu’elle soit civile ou militaire et sans occulter les risques liés aux usages médicaux.

Le procédé de traitement des effluents qui est envisagé par AREVA est pompeusement baptisé TDN pour traitement de destruction des nitrates.

L’accumulation de ces nitrates est problématique mais que va-t-on détruire ? En abrégé, les molécules de nitrate vont être cassées et l’azote libéré va partir dans l’atmosphère, se recombinant en NOx et autres joyeusetés, provenant du process lui-même comme le benzène, cancérigène, et le DEHP, un perturbateur endocrinien reprotoxique. Cette situation montre une fois de plus l’impasse dans laquelle se trouve l’énergie nucléaire : production de déchets dont le traitement, nécessaire, est encore à la recherche d’une solution satisfaisante.

AREVA n’en démord pas, c’est la solution pour réduire le volume des déchets, exporter les déchets ultimes, se débarrasser des bassins d’évaporation et éviter la réédition de la rupture de digue de 2004.Autrement dit, rendre l’usine présentable le tout évidemment dans le plus grand souci de préservation de l’environnement.

Une discrète enquête publique avec un dossier incompréhensible pour le commun des mortels a lieu à la fin de l’été 2016. Le dossier est si peu compréhensible que l’association ECCLA, si souvent combative face à AREVA se montre pour le coup assez conciliante. Elle se félicite qu’enfin ces déchets soient traités mais regrette que le procédé choisi consomme tant de matières premières. Sur ces deux points, on ne peut que lui donner raison mais il y avait un troisième point, moins évident : les rejets atmosphériques. Et là, il a fallu l’opiniâtreté de l’association Rubresus pour lancer l’alerte. La jonction de cette association avec les anti-nucléaires et des habitants simplement soucieux de leur environnement a provoqué la formation d’un collectif citoyen : le COVIDEM, collectif de vigilance sur les déchets de Malvézy. Un travail militant plus large a alors pu s’engager avec l’aide de l’Assoc’Epicée.

Une réunion d’information à la médiathèque de Narbonne, portant notamment sur les risques sanitaires liés à cette pollution atmosphérique, une manifestation à Moussan réunissant 400 personnes, une pétition qui prend de l’ampleur… Entre temps, le préfet prend un arrêté de sursis à statuer repoussant sa décision au 9 mai. Des conseils municipaux, le département, l’agglomération, votent des motions demandant des expertises du site et des procédés. Une réunion extraordinaire du conseil municipal de Narbonne est consacrée au sujet. Le préfet prend un nouvel arrêté repoussant sa décision au 9 aout. La mobilisation prend de l’ampleur et des habitants de Moussan (les familles papillon) prennent les choses en main et organisent cette manifestation originale du samedi 13 mai.

Plusieurs militants du groupe local d’EELV participent activement au COVIDEM. Ce combat est celui que nous menons depuis des décennies contre l’industrie nucléaire en général. Jusqu’ici, AREVA (et ses prédécesseurs) avaient réussi à faire croire que cette usine si discrète n’avait rien à voir avec les dangers du nucléaire ; on n’y traite que de l’uranium naturel… Et c’est son vrai visage qui apparaît au grand jour : pollutions de tous ordres, chimiques et radiologiques, des déchets en quantité astronomique et pour lesquels on n’a pas de solution pérenne, le mensonge, les tentatives de manipulation de l’opinion… Tous les travers que nous dénonçons depuis es décennies sont là, étalés au grand jour, au centre d’une agglomération. Dans un rayon de 10 km, vivent et travaillent environ 70 000 personnes !

Ce samedi, nous étions émus de voir autant de monde sur la place de l’Hôtel de Ville de Narbonne. Voir tant de monde ayant pris conscience des réalités qui sont à notre porte. Bien sur, nous n’allons pas raconter que c’est grâce à nous, même si nous y avons contribué. Voir de simples habitants sans expérience politique ou même militante, prendre les choses en main comme ils l’ont fait a quelque chose de réjouissant et en dit long sur les capacités de résiliences qu’a notre pays malgré les discours de régression que nous venons d’entendre au cours de l’élection présidentielle. Cela ne peut que nous encourager à poursuivre le combat de l’écologie politique.

La mobilisation que nous avons vue ne doit pas diminuer, le lobby nucléaire a plus d’un tour dans son sac et la date butoir du 9 aout pour l’arrêté préfectoral pourrait en être un ! La mobilisation concerne le procédé THOR de traitement des nitrates. D’autres solutions sont possibles, moins polluantes et il faut aussi se battre pour leur mise en œuvre, car ces déchets doivent impérativement être traités. Il faut aussi se battre pour les déchets ultimes, ceux déjà présents sur le site et à venir. A venir ?
Oui car même si nous sommes pour l’arrêt du nucléaire, nous sommes conscients que cela ne peut se faire en quelques mois et tant qu’une centrale produira, Malvézi fabriquera du tétra fluorure d’uranium et des déchets seront produits.

L’arrêt du nucléaire ne peut se faire que de manière planifiée, en jouant non seulement sur les énergies de substitution (renouvelables évidemment) mais également sur la réduction à la dépendance à l’énergie électrique. Rappelons par exemple que lorsqu’un ménage allemand consomme en moyenne 1700 kW/h, un ménage français en consomme 2700 !

C’est le rôle du politique d’insuffler ce mouvement et c’est ce que nous portons depuis longtemps et continuerons à porter. Nous notons avec plaisir que de nouveaux mouvements politiques portent un discours sensiblement équivalents. C’est évidemment dans l’union que nous réussirons le mieux mais notre antériorité nous a conféré une expertise sur ces dossiers, à nulle autre pareille !

Albert CORMARY et Mariette GERBER

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s