PROJET PORT LA NOUVELLE

Donnez votre avis dans l’enquête publique sur l ‘extension du port de Port la nouvelle qui concerne tous les habitants de notre région et en premiers lieux les agriculteurs , les pêcheurs et les riverains

vous trouverez ici
le cahier d’acteur que nous avions écrit lors du débat public , il y a 5 ans avec Nature et Progres  , sur la question agricole tout y est ou presque
 on peut rajouter et c’est quand même grave que le budget de ce grand projet inutile est passé de 200 millions à  389,4 M€pour la phase 1
Une délibération de la Région OCCITANIE du 02 février 2017 a voté , la première phase du projet à  phase 350 M€ , elle finance 70 % du projet + 15 % pour le département et 15 % pour le Grand Narbonne ..Cette somme ne comprend pas les coûts de l’aménagement ferroviaire (? M€), du parc logistique (104 M€) et du démantèlement du sea line (plus de 70 M€) que l’on essaie d’imposer au groupe pétrolier qui n’a rien demandé.
Ce que nous affirmions sur le marché des céréales s’avère hélas exact et il est prévisible que les récoltes de blé dur de notre région  pour les années prochaines soient  beaucoup plus faibles , les aides communautaires sont en diminution, donc toutes les prévisions en matière d’exportations agricoles sont fausses et relèvent de la mégalomanie des dirigeants de notre région.
Anne Marie Quenisset

PROJET THOR/TDN MALVEZY

Si vous n’avez pu venir le 24 assister à la présentation de l’état su dossier du projet THOR/TDN, ou si vous voulez retrouver l’ensemble des interventions, vous pouvez les retrouver sur : http://www.sdn11.fr/2018/03/narbonne-reunion-publique-au-palais-du-travail-le-24-mars/

 Par ailleurs, l’association TCNA a lancé un recours juridique contre l’arrêté préfectoral.  Si vous souhaitez les soutenir, rendez-vous sur > https://www.leetchi.com/c/association-de-association-tcna-transparence-des-canaux-de-la-narbonnaise-22753766

 Albert

ABANDON du deuxième aéroport de NANTES (Notre Dames des Landes)

Notre-Dame-des-Landes :

victoire…mais vigilance !

> L’abandon du projet de construction de l’aéroport de Notre Dame des Landes et le non renouvellement de la DUP ont été confirmés par le Premier Ministre.
> C’est un immense soulagement pour celles et ceux qui, en Loire Atlantique comme dans tout le pays, agissent depuis tant d’années afin d’éviter ce projet inutile et nuisible.
> C’est une victoire de la résistance citoyenne contre l’arbitraire et les magouilles, permise par la mobilisation la plus importante qu’ait connue notre région, avec un énorme soutien partout en France et ailleurs permise sur le terrain par la résistance paysanne et l’occupation de la ZAD par des femmes et des hommes qui proposent une agriculture différente et l’autogestion de leurs activités.

> Nous nous félicitons de cette victoire mais appelons à la vigilance pour les semaines qui viennent,  le déploiement de forces policières maintenant la crainte d’une intervention brutale.
C’est pourquoi nous manifesterons lesamedi 10 février à Carcassonne, comme à Nantes, pour fêter la victoirebien sûr, mais aussi pour signifier au gouvernement que nous refuserons toute intervention violente sur la ZAD.
> Celles et ceux qui aujourd’hui vivent et travaillent sur la ZAD doivent pouvoir continuer à le faire et à montrer l’exemple d’une agriculture respectueuse du vivant.
> Parce que la préservation de notre environnement est un enjeu majeur de ce siècle, cette victoire, avec la vigilance qui s’impose, est un événement politique majeur.

Rendez-vous à CARCASSONNE à 10h30, Portail des Jacobins

« Balance ton aéroport« :

Pour que l’agriculture nourricière soit considérée comme « infrastructure » !
C’est tranché, après 50 ans de dissimulation de l’autre option (agrandir l’aéroport existant) et un pseudo vote des habitants locaux (perfidie du gouvernement Hollande qui avait organisé le vote uniquement sur certaines communes). L’abandon de ce projet délirant prévu pour Concorde, à l’époque où l’on ne se posait pas encore la question entre « boire » et « conduire », pourrait faire qu’aujourd’hui, nous puissions enfin nous poser sérieusement la question suivante: « manger » ou « voler  » ?
Plus globalement, sont toujours évoquées les infrastructures aéroportuaires, de loisirs, commerciales, etc… mais il serait temps, comme je le défends depuis bientôt une quizaine d’années, de considérer les conditions de production de notre alimentation comme « infrastructure nourricière » !
J’étais à Notre Dame des Landes, en 2010, invité par l’association « Relocalisons » à la Vacherie, afin d’exposer les raisons qui m’avaient poussé à réaliser mon expérience de « Locavore » (le pari réussi de ne me nourrir qu’avec du « local »). J’y exposais, devant des paysans locaux (historiques et nouveaux venant occuper le site) l’importance de la production locale pour une consommation locale que j’articulais avec la notion d’ordre public. Nous sommes déjà sous perfusion alimentaire, dépendants des transports, la France manque de paysans et de production et, dans le même temps, on détruit des terres pour en faire du bitume ? Un jour, nous nous battrons entre nous pour manger…
En 2013, alors que j’étais Conseiller Général, avec le Collectif Audois d’opposition à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, j’avais amené au Centre Commercial de Castelnaudary une délégation d’opposants à l’aéroport venus sensibiliser la France entière sur la multiplication des « Grands Projets Inutiles Imposés », vous savez, ces projets pensés avec de vieux logiciels des années 60, où la « croissance » était infinie et la trajectoire de l’humanité linéaire, les terres étant la variable d’ajustement de tout le reste…
Pour revenir à notre « Grand Projet Inutile Imposé » local, mais qui s’est, lui, réalisé, je m’exprimais ainsi:
 « L’écologiste et conseiller général Stéphane Linou, s’est vendredi exprimé sur le « GPI Ô Castel », au nom du Collectif Audois d’opposition à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : « L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est un fiasco financier et environnemental programmé, comme l’était en 2008 Ô Castel. Nous avons les éléments pour le prouver : le commissaire enquêteur de la République avait, je le cite, émis de fortes réserves concernant la zone de clientèle de ce centre commercial. Il était basé sur un potentiel de 80 000 habitants, allant de Carcassonne à Labège ! La destruction des emplois de centre-ville a été volontairement sous-estimée. Dans le même temps, la mairie de Castelnaudary, qui a soutenu ce projet, a systématiquement émis un avis positif pour les extensions commerciales de Carcassonne. Nous sommes bien dans un grand projet inutile imposé, destructeur de l’environnement, avec des terres nourricières agricoles qui sont bétonnées. Au final, il n’y a que des perdants puisque le centre-ville est complètement crevé. Il suffit de regarder la rue du 11-Novembre. Bien que le commissaire enquêteur ait tout annoncé, le projet s’est quand même réalisé ». »
Même aveuglement, même logiciel périmé, mêmes causes, mêmes conséquences…
A l’heure du réchauffement climatique et de la vulnérabilisation alimentaire de notre pays, il faudrait profiter de l’abandon de ce projet funeste d’un autre temps pour sécuriser et valoriser ce qui est intemporel: les terres nourricières et les paysans qui les travaillent. Nous avons déjà une boite à outils légale qui a fait ses preuves sur le Larzac où des dizaines de paysans ont pu s’installer et produire notre nourriture.
En même temps, d’autres « Grands Projets Inutiles Imposés » menacent de détruire des centaines d’hectares (Val Tolosa, Europa City où des pistes de ski sont prévues aux portes de Paris !).
Et si ce que l’on entend aujourd’hui comme un « changement de civilisation » était tout simplement au retour au… bon sens paysan ?  Stéphane Linou

Rapport DURON: Pas de ligne nouvelle Montpellier-Perpignan avant 25 ans. De qui se moque-t-on ?

Le Conseil d’Orientation des Infrastructures de transport a remis son rapport le 31 janvier 2018 à la Ministre des Transports, Elisabeth Borne.

Europe Ecologie Les Verts prend acte des objectifs généraux affichés pour le soutien des mobilités du quotidien : soutien aux mobilités actives, aux transports urbains, aux projets de RER, au fret ferroviaire et fluvial. Des propositions sont faites pour faire payer la facture aux vrais pollueurs de nos routes. Il est aussi  rappelé l’urgence de l’entretien des infrastructures existantes. Des pistes sont avancées pour préserver le patrimoine des voies ferrées dites secondaires, d’autres pour renouveler les trains d’équilibre du territoire. Enfin, 350 millions d’euros sont promis pour achever le réseau des vélo-routes et voies vertes tant utiles pour développer le tourisme durable et structurer les déplacements cyclables d’agglomération.

Ces intentions sont bonnes, mais concrètement…..

Si, pour notre région,  les projets LGV semblent être écartés  à moyen ou long  terme (de 15 à 30 ans), la commission ne semble pas avoir pris en compte un enjeu crucial.

S’il y a une ligne indispensable à court terme, c’est bien la ligne nouvelle mixte fret – voyageurs Montpellier-Perpignan, et de manière urgente, le tronçon Montpellier-Béziers. Avec la seule ligne actuelle,  quand  le pont levant de Sète se bloquera… ou à l’occasion d’une submersion marine, le trafic ferroviaire régional sera paralysé.

Europe Ecologie Les Verts Languedoc-Roussillon refuse le report programmé de la réalisation de la ligne nouvelle mixte, indispensable maillon manquant pour relier la péninsule ibérique à l’Europe, pour sécuriser le transport, menacé par la montée des eaux sur la ligne historique des étangs, et pour permettre, enfin, le transfert sur le rail des 8000 camions qui traversent notre région chaque jour afin de supprimer la pollution et les nuisances engendrées.

Les gares nouvelles excentrées de Montpellier-La Mogère et de Nîmes-Manduel-Redessan devenant  définitivement inutiles, le projet de gare à Manduel doit être arrêté immédiatement.

Par contre, nous demandons au gouvernement la mise en œuvre rapide du projet utile : Montpellier-Béziers en premier, puis Béziers-Perpignan, en ligne mixte fret-voyageur, pour boucler cet axe européen majeur.

Et dans l’immédiat, puisque aucun crédit régional n’ira aux LGV en Occitanie pendant de très nombreuses années, reportons l’argent prévu sur les transports du quotidien et du fret !

Sibylle Jannekeyn, porte-parole régionale, 06 63 20 43 60

Michèle Comps, secrétaire régionale, 06 83 21 93 28

Victoire des écologistes : le Parlement européen interdit la pêche électrique

Après des années de lutte des associations et des écologistes, le Parlement européen a donc choisi l’environnement en bannissant cette pratique désastreuse et aberrante qu’est la pêche électrique, technique qui détruit la biodiversité et fait disparaître des centaines d’entreprises de pêche artisanale.

Cette victoire est aussi le résultat de l’alliance nouée entre des pêcheurs, associations, scientifiques, cuisiniers et certains grands distributeurs pour faire triompher l’écologie. Ce sont aussi les citoyen-ne-s, qui ont fait entendre leur voix afin de mettre un terme à cette scandaleuse exception européenne, puisque la pratique est interdite dans la très grande majorité des pays dans le monde (y compris Chine, Brésil ou États-Unis).

Les écologistes appellent désormais les pays pratiquant la pêche électrique, notamment les Pays-bas, à y mettre un terme immédiatement.

Ce combat est emblématique des luttes essentielles que mènent les écologistes et des choix auxquels la société est confrontée : penser la technologie à l’aune des retombées qu’elle peut avoir sur la nature et les humains, à court comme à long terme. En ce sens, les écologistes continuent le combat contre les techniques de pêche les plus destructrices, y compris le chalutage à perche, pour le respect des ressources halieutiques, la protection des océans et la sauvegarde de la pêche artisanale.

Europe Ecologie – Les Verts salue une victoire collective à laquelle ses député•es européens, et plus largement les écologistes européens, ont pris part et attend du gouvernement français une fermeté sans faille au Conseil face aux pays qui continuent à déroger à ce vote.

Julien Bayou et Sandra Regol

La mobilité en territoire narbonnais

Du 20 novembre au 18 décembre, par le biais de rencontres dans diverses communes de l’agglomération, le syndicat CGT des cheminots de Narbonne a organisé une consultation citoyenne sur le thème de  « la mobilité en territoire narbonnais » autour de cinq propositions précises et concrète :

– une étude de faisabilité pour la réouverture de la ligne ferroviaire du Minervois

– le retour de l’arrêt des trains de nuit en gare de Narbonne

– la création d’un pôle d’échange multimodal moderne à partir de cette gare

– l’ intermodalité des transports en gare de Coursan et de Lézignan

– la mise en place d’une plateforme multimodale fret à Port La Nouvelle.

Cette consultation visait à peser sur les décideurs afin de surmonter des obstacles, lever des freins, bousculer des lenteurs pour enfin passer aux décisions et aux actes.

D’après des témoignages reçus, ces propositions ont en général reçu un bon écho.

C’est cependant, pour nous, le moment de faire un point sur ce dossier et à notre avis, il y manque des éléments essentiels pour la mobilité dans l’agglomération et au de-là.

1 – Les transports doux dans l’agglo sont centrés sur l’offre touristique et ignorent superbement les transports du quotidien. Il faut un changement complet de paradigme ! Ainsi, habiter à St jean-St pierre et aller travailler à Montredon à vélo, tout comme habiter le centre-ville ou le sud et se rendre aux zones industrialo-commerciales de la Coupe, et du Champ de Mars en vélo ne devraient plus relever d’une opération kamikaze !

2 – La question de la gare de Montredon. Des élus abreuvés de mythes grandioses en rêvent. Pourtant, centrer les voyageurs sur la gare centre de Narbonne, au cœur d’un réseau multimodal est nécessaire pour la revitalisation de la ville et de l’agglo. Ce projet est un encouragement à l’étalement urbain.

3 – La LGV. Les mêmes élus en rêvent, pour gagner 10 minutes sur Narbonne-Paris. Souvent, ce sont les mêmes qui prennent l’avion pour y aller ! Une ligne nouvelle, oui mais si elle n’est pas mixte voyageurs-fret, elle ne servira qu’à alimenter les géants du BTP, à la construction.

4 – Nous savons que c’est iconoclaste pour la CGT cheminot mais vu l’incapacité de SNCF à assurer des missions locales, la nécessité de la création d’une régie publique régionale pour gérer les OFP (opérateurs ferroviaires de proximité) sur les ports, les lignes ré-ouvertes ou en perdition, etc. me semble une nécessité… Cela n’est pas forcément incompatible avec le statut cheminot.

4 – Le projet de mise à 2×3 voies de l’autoroute A 61 est en train de prendre forme, l’enquête publique est pour dans quelques mois. Le dossier est en cours de consultation des personnes publiques. Les sociétés d’autoroutes veulent investir pour attirer toujours plus de camions et de bagnoles, c’est essentiel pour l’accumulation capitalistique. Et par resquit, les riverains vont en prendre encore plus dans les poumons et les oreilles, si ce n’est la planète dans son ensemble. Pourtant, elles pètent la forme financière, ces sociétés. Les taxer pour financer les alternatives est un objectif politique essentiel.

5 – Les espaces nécessaires à une plateforme multimodale à Port la Nouvelle existent. Ils ont été acquis par la Région il y a une dizaine d’années. Le projet d’extension portuaire va arriver à l’enquête publique et nous ne connaissons pas encore l’intégralité du dossier. Les objectifs de trafic annoncés lors du débat public en 2013 pour justifier le dimensionnement, n’avaient rien à voir avec les réalités économiques. Envisager l’aménagement d’une plateforme multimodale ne peut s’envisager que dans le cadre plus général d’une politique des transports plus vertueuse que celle du tout camion que nous voyons tous les jours.

6 – Notre agglo a un service de transport collectif. Il est manifestement sous utilisé. En questionnant les habitants sur leurs préférences, ils privilégient la voiture individuelle comme partout mais des disent prêts à la laisser au garage, à condition que les bus puissent répondre à leurs demandes, Là, les griefs portent sur la fréquence et le manque d’information sur les horaires. Cela génère une mauvaise image du service avec des bus roulant quasi à vide. Un service public qui ne répond pas à la demande entre dans une spirale infernale : service dégradé – sous utilisé – désintéressement de ses organisateurs. Pour répondre efficacement à la demande de mobilité et aux défis climatiques, les élus doivent prendre la mesure de la situation et y remédier fortement et rapidement.

Albert CORMARY

Bonjour Albert et Mariette,

Non ce n’est pas facile aujourd’hui de rejoindre Port La Nouvelle par le canal de la Robine, qui a besoin d’être dragué. Mais ce n’est que de l’entretien normal pour un canal que d’être régulièrement dragué .

J’irai demander à VNF quel coût pour draguer le bief de Saint Lucie déjà. Cela peut avoir en plus l’intérêt pour les agriculteurs, qui ne voient dans le canal qu’un canal d’irrigation  leur permettant d’augmenter le volume d’eau pour leur arrosage grâce au dragage.

Pour le transport de morceaux d’éolienne, je n’ai que peu d’espoir, car leur dimension fait que cela dépasse les capacités de transport des bateaux accessibles au canal.

Pour info les travaux qui vont commencer au domaine de Sainte Lucie seront approvisionnés par voie d’eau. Par le Tourment ou plus probablement par l’entreprise qui ramasse les platanes coupés.

Ce sera une bonne opération de com pour le transport fluvial.

Sachez aussi qu’il y a une forte réflexion au niveau du ministère sur la motorisation propre des bateaux fluviaux, qui s’appelle « objectif 2040 » qui rappelle le nom donné à l’élaboration
du SRADDET « Occitanie 2040 ». Nous pouvons rêver enfin de transport de marchandises « propres ».

Jean Marc SAMUEL

éco-pâturage

Florence Robert pratique l’élevage ovin dans les Corbières, en zone sèche avec une transhumance estivale à la montagne à la recherche de pâturages plus « gras ». Ce n’est cependant pas sa seule pratique et nous avons pensé qu’il était intéressant de citer un extrait de sa dernière infolettre. Cela nous donne un éclairage particulier quant à l’implantation des fermes photovoltaïques au sol. Donnons-lui la parole

L’éco-pâturage

Depuis deux ans, le troupeau pâture au printemps dans des parcs photovoltaïques. La convergence d’intérêt est nette : les gestionnaires des parcs profitent d’un débroussaillage naturel et améliorent leur image au passage. Nous, nous profitons de parcs fermés et surveillés au moment où les brebis ont leurs agneaux. Dans les parcs elles peuvent manger à volonté et quand elles le veulent, ce qui n’est pas le cas en gardiennage. De plus, les panneaux fournissent ombre et protection contre la pluie.

Cette synergie me paraît vertueuse. Les parcs sont habités par de nombreux animaux comme nous pouvons le constater régulièrement : perdrix, buses, lapins, renards… Avec la présence des brebis, les insectes sont favorisés, et de fait, une partie des oiseaux insectivores. Malgré le caractère industriel de ces équipements, il est évident qu’ils servent de « réserve » à une partie de la biodiversité.

Cette constatation ne plaira pas à tous, en fera même hurler certains, cependant je maintiens que l’implantation de parcs photovoltaïques dans certaines zones bien choisies (sûrement pas les zones à enjeux naturels forts type garrigue ouverte dans notre région ou les zones à forte identité paysagère) et à condition qu’elle soit alliée à la production ovine ou caprine (ou autres animaux pâturant, dont les canards et les oies font partie), pourrait être envisagée de façon plus systématique.

Aujourd’hui, en cas de terres non utilisées, la priorité va à l’agriculture. Pourtant, je préfère un parc solaire entretenu par des brebis à qui on impose des restrictions sur les vermifuges par exemple, qu’une remise en culture de type conventionnelle avec son charroi de pesticides et de pollution de l’eau et des sols… Pourquoi ne pas allier l’agriculture à l’énergie verte ? Et rendre doublement productives des terres à faible rendement ?

Il me semble également préférable du point de vue écologique de voir un parc photovoltaïque remplacer une décharges d’immondices, une friche industrielle vacante voire une jeune plantation de résineux (Pin maritime ou Sapin de Douglas).

Derrière ces aspects parfois techniques, il y a deux véritables questions, qui restent ouvertes :

Quel usage des terres voulons-nous ?

Quelle énergie voulons-nous ?

Pour en savoir plus : http://bellesgarrigues.org